Pages

samedi 16 juillet 2011

La belle histoire...


La belle histoire commence en 1905, quand à l'âge de 15 ans à peine, un jeune garçon nommé Luis Ortiz, quitte l'Espagne pour vendre des glaces et des marrons chauds en France, dans l'espoir d'une vie meilleure.

Il emporte avec lui tout son savoir-faire...
La préparation de délicieuses crèmes glacées.


Plusieurs années plus tard, Luis Ortiz et sa famille décident de s'installer à Saint Dizier, après avoir cherché dans tout l'est de la France une ville où s'établir sans faire de concurence aux confrères.           C'était en 1921.


A la recherche de clients, Luis promène sa petite carriole de marchand ambulant dans les jardins publics, toutes les fêtes foraines, sur tous les terrain de jeux, pour vendre ses marrons chauds ou ses friandises et ses fameuses glaces.
Travailleur acharné, aidé par l'esprit de solidarité de ses 5 jeunes enfants.




Dans les années 1930, la famille se modernise: elle acquiert des appareils électriques et frigorifiques ainsi que des triporteurs à moteur.

Surtout, Louis, le fils aîné a su s'engouffrer dans la nouvelle ère des loisirs qui pointe: là où il y a une population en fête, il est présent avec son triporteur.

Autre trait de génie: il a compris que le cinéma constituait un marché potentiel inépuisable.

Un des triporteurs
Les années  1930 sont celles de la diffusion du cinéma et de la multiplication des salles de projection. 

C'est la distraction populaire par excellence.
A Saint Dizier, on compte pas moins de 5 salles de plusieurs centaines de places chacune.

Petit à petit, Louis Ortiz et sa famille deviennent les fournisseurs de la région.

D'où vient la marque MIKO ?
MIKO vient de "Mico" du surnom de Louis Ortiz quand il était enfant...

En 1948, aux Etats-Unis, Ortiz et ses enfants découvrent la production de masse.

LE BON CHOCOLAT GLACE MIKO !

Le Fort -Carré transformé


E n 1951, L'entreprise prend alors une envergure nationale.une nouvelle usine s'installe dans les locaux de l'ancienne brasserie du fort-carré, en centre ville.
Au lendemain de la guerre, les GI's de Saint Dizier forment une clientelle inespérée: manger des glaces est une habitude qu'ils sont heureux de retrouver.

Point de vente

C'est au contacte des Américains que les Ortiz mettent au point leur fameux bâtonnet au chocola: L'esquimau glacé, qui prend le nom de l'entreprise,MIKO.

Cette trouvaille accompagne l'expansion phénoménale du cinéma des années 1950 et concrétise la fortune de la famille Ortiz.


En 1954, Miko acquiert une machine produisant 4000 bâtonnets par heure.
C'est le début de la production industrielle.

Un frère Ortiz

D'autre machines ont suivi et les produits se sont diversifier.

Voici quelque souvenirs de la marque MIKO Ortiz:

Logo des années 80

                  
     Le bâtonnet Miko                     Le Jolycône              Le bloc à trancher 

      

           Le pouss pouss                     Le ptipo année 80                   Le ptipo   



LA POPULARITE et MIKO sur le Tour de France:


Voiture année 1953
Alors que le Tour de France n'avait que deux ans d'existence )
                       

Voiture année 1969
Voiture année 1981

MIKO se régale également, comme beaucoup de Français, des joies du sport.

En 1971, il obtient l'exclusivité de patronner "Le Maillot jaune du Tour de France"

Cet évènement sportif est déjà diffusé à la télévision !

Bernard Hinault avec le maillot jaune en 1979




De 1979 à 1981, une équipe est formée:

Le groupe Mercier-Miko-Vivagel




LA POPULARITE et MIKO avec le Patinage artistique:

En 1991, MIKO associe son image au patinage artistique en organisant Les Masters MIKO de Bercy, où l'on retrouve chaque année les plus grandes stars internationales.

Les Masters 92

Philippe Candeloro




En 1994, MIKO a rejoint le groupe Unilever.
Fidèle à ses origines , le site de production est resté à Saint Dizier.

Avec son nouveau Logo

Depuis 1996, c'est une usine installée dans la zone industrielle qui produit les célèbres glaces.


 L'ancienne usine a disparue, mais la Grande Tour Blanche qui porte sur ses côtés la marque MIKO est toujours visible au centre ville.


Le multiplexe Ciné Quai


Intégré dans le multiplexe Ciné Quai, abrite un musée évoquant le parcours de la famille Ortiz.
Ainsi, aux heures d'ouverture du cinéma, on peut visiter le musée.

Le Musée, dans le multiplexe




VOICI LA FIN DE L'HISTOIRE DU JEUNE GARCON ET DE DEUX GENERATIONS DE FAMILLE.


7 commentaires:

  1. Très belle rétrospective de la magnifique réussite de Luis Ortiz...Mamyflo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Mamyflo !
      Belle journée à vous.

      Supprimer
  2. D’où est né le nom de la célèbre marque de glace Miko?
    Du nom du chien d'un associé des créateurs de la marque, un fox terrier nommé Miko

    RépondreSupprimer
  3. MIKO ne vient pas du mon d'un chien.
    Je donne cette explication dans la petite histoire.
    Lisez la, cela me fera plaisir.

    Merci d'être venu sur mon blog.

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Tantynette,
    Administrateur d'un forum sur les petites voitures et cherchant de la documentation sur le Fort Carré, je suis arrivé sur votre blog. Né à St Dizier en 1951, habitant au Vert Bois et allant à l'école à l'ESTIC je suis passé plus d'une fois devant "chez Miko". Je me souviens parfaitement du triporteur installé place du marché couvert, tout près de la rue Chanzy et de l'Est républicain où travaillait mon père.
    Merci pour cette petite ballade Bragarde bien sympathique.
    Cordialement,
    Richard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente d'avoir fait resurgir ce petit souvenir Bragard !
      Cordialement,
      Chantal

      Supprimer